LE BOUVIER BERNOIS

ORIGINE ET HISTOIRE DU BOUVIER BERNOIS

Le Bouvier Bernois est le plus connu des quatre races de Bouviers suisses.

Apprécié depuis des siècles comme chien de troupeau dans les alpages helvétiques, il est devenu un animal de compagnie docile et séduisant.

On a longtemps affirmé que le Bouvier Bernois était un descendant du Dogue du Tibet, qui aurait été implanté en Suisse lors de la conquête romaine. L'évolution de cette race est intimement liée à l'histoire helvétique.

Le Bouvier Bernois a été utilisé comme chien de troupeau et de garde.

Le chien de robe tricolore était spécialement répandu dans le hameau de Düwwbächler près de Riggisberg dans le canton de Berne.

CARTE D'IDENTITÉ DU BOUVIER BERNOIS

Groupe

Deuxième groupe. Section 3. 

Chiens de bouviers Suisses.

Hauteur au Garrot

64 à 70 cm pour les mâles.

58 à 66 cm pour les femelles.

RobeNoir, Blanc et Feu.
Poils longs, robe tricolore avec une fourrure
brillante lisse ou légèrement ondulée .
Poids40 kg environ.
CaractèreAffectueux et fidèle. Caractère équilibré .

Il est dissuasif sans être agressif, participe volontiers 

aux jeux des enfants.
Attentif et observateur, il fait preuve d'intelligence.

AptitudesChien d'utilité.
Garde, défense, compagnie, chien de troupeau.
Espace vitaleJardin indispensable.
Alimentation650 g et plus d'aliment complet sec par jour.
Mais il est recommandé de favoriser l'aliment

traditionnel 

PORTRAIT DU BOUVIER BERNOIS

Outre ses fonctions auprès du troupeau, le Bouvier Bernois était apprécié jadis pour ses qualités de gardien. Aujourd'hui, ses allures de protecteur tranquille le font rechercher par de nombreuses familles comme chien de compagnie.

Pour remplir avec succès toutes ces tâches, un chien doit être équilibré, et le Bouvier Bernois l'est presque naturellement. Gardant toujours l'œil sur les membres de la famille, il observe paisiblement tout ce qui se passe autour de lui. Il connaît naturellement les limites de son territoire, et l'approche d'un inconnu est systématiquement signalée par un aboiement grave et net.

Lorsque son maître est présent, le Bouvier Bernois accompagne l'étranger jusqu'à la maison et reste dans les parages pour observer le comportement du nouveau venu.

L'instinct de garde est chez lui très prononcé. Il défendra de lui-même la propriété ou les biens de son maître s'il estime qu'ils sont menacés. Le Bouvier Bernois n'est pas toujours un tendre, contrairement à l'image de nounours affectueux qu'on lui prête volontiers.

Le plus souvent, la prise de contact se déroule très amicalement, mais, parfois, certains sujets n'apprécient guère une telle familiarité. C'est que le Bouvier Bernois a gardé une personnalité entière, et il convient de ne pas confondre avec une peluche cet animal fier, imposant et solide qui n'a rien du chien purement décoratif.

LE DRESSAGE

Si le Bernois ne chassait jadis ni les poules ni les chats dans les cours de ferme, c'est qu'il avait appris ce qui était utile à ses maîtres. La tolérance dont il faisait preuve était le fruit d'une lente adaptation à son environnement. Il serait illusoire de penser qu'un Bouvier Bernois plongé dans la vie citadine ou semi-rurale d'aujourd'hui puisse d'emblée adopter la même attitude. Il a besoin d'être éduqué, d'apprendre en quelques mois ce que ses ancêtres ont appris au cours des siècles. Il saura ainsi rester tranquille lorsqu'il croisera un autre animal dans la rue, ou modérer ses instincts de garde pour ne pas importuner les visiteurs du foyer familial.

POUR UN CHIEN EN PLEINE FORME

Pour garder un Bouvier Bernois en forme, la meilleure attitude consiste à lui confier des responsabilités. En effet, la grande disponibilité de cet animal le conduit à apprécier toute mission, pourvu qu'elle lui permette de se sentir utile. Cet ancien chien de laiterie est bien entendu capable de tirer de petites charrettes pour amuser les enfants ou pour rendre un service, comme porter ou ramener un objet, mais ce n'est pas pour autant un chien de traîneau !

Sa robustesse et sa rusticité permettent au Bouvier Bernois de vivre en plein air, pour peu qu'il dispose d'une niche qui le protège des intempéries. Mais il ne doit pas rester trop souvent seul, toute une journée. Il lui faut de l'espace, et si l'on n'est pas en mesure de le sortir fréquemment et longtemps, un jardin est nécessaire. Il a besoin de voir son maître, de jouer avec lui, de l'accompagner.

S'il souffre de la solitude, ce chien deviendra dès son plus jeune âge anormalement méfiant, voire agressif. Et même s'il sait obéir à tous les membres de la famille, il supportera difficilement les changements trop fréquents de propriétaires.

Elevage Canin Centre Val De Loire

 Lieu dit – Les Vauvrins, 18350 Ourouer les Bourdelins FRANCE
 +33 (0)6 50 60 97 88
 contact.elevagebouvier@gmail.com